Auteur-Interprète : CHRISTIAN PÉRIGNON

Compositeurs-Arrangeurs : CHRISTIAN BROGNIART, LINDSAY THOMAS ET DOMINIQUE LAROSE

2 formules possibles :  Formule Solo  -   Formule Trio ( claviers + percussions chant)

Vidéos

EP 13 TITRES    (EXTRAITS)

Aimer au féminin - (masterisé)
00:00 / 00:00
Il me fait rire leur monde meilleur - (masterisé)
00:00 / 00:00
Le banquier - (masterisé)
00:00 / 00:00
Petit muscle, que fais-tu là ? ... - (masterisé)
00:00 / 00:00
Je n'ai plus de chagrin - (masterisé)
00:00 / 00:00
Zodiac - (masterisé)
00:00 / 00:00
On rit de nos rancunes - (masterisé)
00:00 / 00:00
Je te ferai un monde - (masterisé)
00:00 / 00:00
Juste un tant pis ... - (masterisé)
00:00 / 00:00
Le bongheur des autres (les minables) - (masterisé)
00:00 / 00:00
A cause de deux étoiles - (masterisé)
00:00 / 00:00
Inutile - (masterisé)
00:00 / 00:00
L'homme qui passe - (masterisé)
00:00 / 00:00

Mon single "On rit de nos rancunes...", premier titre de mon album "Je Vous avoue" est disponible sur les plateformes suivantes :

- Amazon : https://www.amazon.fr/On-rit-de-nos-rancunes/dp/B07NGTHBVF/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1551203556&sr=8-2&keywords=Christian+Perignon

- Itunes : https://itunes.apple.com/us/album/on-rit-de-nos-rancunes-single/1451737619

- Deezer : https://www.deezer.com/fr/album/86660642

Edition : CUSSY MUSIC PUBLISHING  Montréal, Québec, Canada
Distribution Monde : DANCE PLANT RECORDS Inc.  Montréal, Québec, Canada

Petit muscle, que fais tu là?....

Mai 2016

Seul en Scène

Espace Julien Marseille Nov 2017 1/2

Seul en Scène

Espace Julien Marseille Nov 2017 2/2

Interview Provence Azur

Décembre 2017

Découvrez mes "Clins D’œil" sur ma chaine YouTube

https://www.youtube.com/channel/UC7KaZzObYTmj2B2Xmly0EDA/videos

L’Album : "Je Vous aVoue…"

​Il me fait rire leur monde meilleur

« Il me fait rire leur monde meilleur

Où l’on néglige les larmes, les peurs

Çà me fait rire de voir nier

Au nom de Divines Libertés

L’Amour qui ne ressemble pas

A tout ce qu’ils croient …

crôa … crôa … »

 

On rit de nos rancunes

« Comment vivre en confiance

Sans peur et sans effroi

Sans te tenir la main

Comment parler d’Amour

En conscience d’un Vrai jour

Sans t’avoir rencontrée ! … »

 

Le Nord-Sud retrouvé

« Forêts, sables brûlés

Le blond, le brun mêlés

Les sapins, les palmiers

Tendent au ciel leurs cimes

En trompettes sonnant l’hymne

D’un Nord-Sud retrouvé … »

 

Juste un tant pis

L’homme mûr et la jouvencelle

« Tu te veux l’aube d’une aurore

Tu es l’aurore de mon crépuscule

Je ne peux vivre sans scrupule

Et je veux que tu gardes ton corps … »

Petit muscle que fais-tu là ? …

« Petit muscle rouge, que fais-tu là,

que fais-tu là ? …

Petit muscle rouge …

Là, on m’a dit que tu n’as pas le droit !

Petit muscle rouge qui bat dans ta bouche comme un coeur

Petit muscle rouge qui bat dans ma bouche … comme ton coeur »

Si j’avais su qu’elle existait

« Si j’avais su que tu existais

Je serais resté calfeutré

Dans l’attente de ma douce fée

Âme intouchée, propre, si pure,

Hymen de la Vraie Nature »

Oui, comme ils disent, je suis devenue inutile

« J’parlais hier avec Dame Maturier :

J’étais très fière d’lui dire qu’j’avais un fils huissier,

Un autre gros commerçant et le Dernier notaire,

D’avoir payé tout çà avec un petit salaire

Elle m’a répondu :

Mon fils n’est qu’ouvrier il m’emmène cette année

En camping … à Béziers ! …

​Ton Tristan qui erre sans quête

L’errance des mots de trop et la force du non dit. Il faut que la mort nous sépare pour qu’on en prenne conscience …

« Moi, je serai au temps jamais

Une âme bannie à ton chevet.

Comme un hamac sous la pluie,

Sans peur, sans joie, un fol ennui,

Un éventail dans la tornade

Un rire figé sur mine malade »

La Balance et le Taureau

« L’aimait la vie facile

Redoutait l’difficile

Pesait le pour et le contre

Le jour j’fonçais sur le Pour

La nuit j’butais sur le Con …tre ! »

 

Mais, c’est insupportable pour nous les minables !!

Savez-vous que Certains se réjouissent du malheur des autres ?

Ah bon ! … Ah bon ? …

« Et la petite fille ? …

Oh ! Vous savez … avec des parents séparés, divorcés,

Elle ne sourit plus jamais

A l’école, toujours les yeux rouges

Elle redouble !

Oh ! que c’est délectable

Pour nous les minables ! … »

 

Je n’ai plus de chagrin

Lorsqu’on a trop de chagrin, mieux vaut dire que l’on en n’ a pas … puisque, l’intensité de la souffrance ne sera, de toute façon, pas comprise.

« Dis bien à notre fils que j’n’ai plus de chagrin

Qu’c’était moi le vaurien qu’j’étais un bon à rien

Faut être bon joueur, moi j’veux que tu sois bonheur

Que tu vives tes Tous, plutôt que mes Riens … »

 

Je rayerai les rides …

La douleur d’une dame sans enfant … J’ai essayé de lui redonner le sourire.

« Tu n’entendras jamais ce cri de délivrance, celui d’une naissance

Je n’aime pas ce monde, renie cette terre ronde

C’est un faux paradis et je te sens trahie

Je te ferai un monde où toi tu seras ronde »

Je rayerai les rides ...

Je rayerai les rides …   

 

J’ai essayé de lui redonner le sourire…               

Les yeux emprisonnés

Par un plafond sans ciel,

Tes bras croisés, frustrés,

Abandonnent l'oreiller

Se posent sur ton ventre,

Qui ne vivra jamais,

 

Un ventre qui sert à rien,

Voilà ce que tu penses,

Tu te demandes même,

A quoi bon faire l'amour,

Tu n'entendras jamais

Ce cri de délivrance,

Celui d'une naissance.
Tu te sais femme stérile,

Tu te sens insipide,

Et tu as presque honte...

 

Je n'aime pas ce monde,

Renie cette terre ronde,

C'est un faux paradis,

Et je te sens trahie.

Je rayerai les rides,

De ma femme en attente,

 

Et je créerai la Vie

Brisant ton agonie,

Je te ferai un monde

Où toi, tu seras ronde,

Où tout sera possible,

Où t'oublieras le cri

Pour naître sur un soupir...

Vive la folie d'une île

Où tu seras fertile !!!

 

Les nuages butineront,

Les fleurs chanteront,

L'hymne d'une terre ovale

Redevenue animale.

Les végétaux peindront,

Les singes enseigneront

Les mollusques écriront,

Les vieillards vagiront,

Les femmes miauleront,

Et ce pauvre homme jappera...

 

... Et dans ce Monde là,

Je te ferai l'Enfant,

Que dans ce monde ci,

Tu n'aurais jamais eu !

Je suis devenue inutile

Je suis devenue inutile

 

Ah ! mon bon Francis, ah ! que tu serais comblé,

Toi, mon cher mari, toi qui t'en es allé,

Voici deux jours, six mois et six longues années

Dans ce monde ignoré qu'on me dit étoilé...

Tu serais si heureux de voir récompensé

Les trente ans de labeur, où nous nous sommes saignés...

 

... Pour les H.L.M. et les études des enfants.

 

Comme tu disais souvent, un été à Paris

C'est pas le paradis, mais voir épanoui

Le visage des gosses au retour de colo,

Ca vaut tout l'or du monde et se crever au boulot,

Sans un jour de congé, c'était le seul amour

Qu'un petit cheminot, sans conscience des beaux jours...

... Osait donner aux siens, sans peur de se tromper.

 

Je suis contente, je suis contente... mes enfants sont en vacances !!!

Jusqu'en 2016, je pouvais les aider...

Depuis l'opération de mes ligaments croisés,

Mes grosses et vieilles jambes et surtout mes mes genoux

Ne me permettaient plus de suivre les "bouts de choux"

Quand ils abandonnaient la pelle et puis le seau,

Sans crainte du danger, pour courir dans l'eau...

 

Oui, comme ils disent, je suis devenue inutile.

Le frigo s'est vidé, ma retraite épuisée...

Je retourne en enfance, en ayant pour dîner

 

Du pain, de la confiture, une barre de chocolat...

Mais ce qui m'ennuie le plus, c'est que le chien de Nicolas

N'a plus de canigou et mange la pâtée

De notre chat décédé... elle risque d'être périmée !

Moi, restant à Paris, je pouvais le garder,

Il n'était pas au chenil, comme les autres années.

Je parlais, hier, avec Dame Maturier.

Jétais très fière de lui dire que j'avais un fils huissier,

Un autre gros commerçant et le dernier notaire...

... D'avoir payé tout ça avec un petit salaire !

Elle m'a répondu : mon fils n'est qu'ouvrier,

Il m'emmène, cette année, en camping à Béziers.

 

Mais, moi... je suis si contente que mes enfants soient en vacances.

 

Je suis folle de joie, mon aîné Paul m'a appelé...

Fini l'été, il rentre demain de St-Tropez,

Lui, son épouse Virginie et les trois petites,

Ils insistent pour que je leur rende visite....
Ils ont besoin de moi pour garder les enfants...
C'est la fête à Neuilly, ils y vont tous les ans.
Oui, je suis utile... sur le canapé, devant la télé,

Mes vieilles jambes allongées... j'ai pas besoin de bouger !!!

 

Je suis contente... si contente... mes enfants sont de retour de vacances !

Juste un tant pis ...

Juste un tant pis …

 

Tu m'as dit que j'avais de beaux yeux,

Tu m'as dit que je n'étais pas vieux,

Tu m'as dit que j'avais de belles rides,

Tu m'as dit que t'étais avide

De découvrir un monde sans peur

Où survivent les gladiateurs.

 

Je t'ai dit que t'étais ma fraîcheur,

Que je te sentais comme ma petite sœur,

Que t'avais compris la vraie vie,

Sans écouter tout ce que l'on dit.

Tu te veux l'aube d'une aurore

Tu es l'aurore de mon crépuscule,

Je ne peux vivre sans scrupule

Et je veux... Que tu gardes ton corps !

Garde ton corps sage...

garde ton corps sage !

Ne titille pas ta vieille crapule

Qui se bat avec ses scrupules...

Qui lorsqu'il te donne la main

Rêve à demain contre tes seins.


Bien sûr que je ne suis pas un sage

Que je reluque dans ton corsage

Pas insensible à ton émoi,

J'aimerais, c'est sûr, être à toi!...

Garde ton corps sage...

garde ton corps sage !

 

Ne galvaude pas ton hymen

Offre-le à ce jeune gentleman

Que je ressens comme un présage,

Qui va t'aimer en vieux routier

Malgré ses 25 années.

 

Moi, je vais repartir, c'est ma vie ! ...

Sans larme, juste un tant pis...

Et dans une dizaine d'années,

Je reviendrai vous retrouver...

Je serai, comme tu aimes, bien bronzé,

Tu m’appelleras ton grand frère,

Je garderai vos trois enfants...

Je serai un peu leur « fille au pair »

J’assumerai mes cinquante ans …

La balance et le taureau

La Balance et le Taureau

 

La Seule différence

qu'il y avait entre elle et moi...

 ... Elle était de la Balance et moi,

je suis du Taureau.

 

L'aimait la vie facile

Redoutait le difficile

Pesait le pour et le contre

Le Jour je fonçais sur le Pour

La Nuit je butais sur le Con...tre !

Séduire jamais déplaire

Pensait à sa grammaire

J’aimais le vocabulaire

J’parlais de sentiments

Dans tous les sens du vent

L'était un peu futile

Je voulais vivre sur un fil

L'était un peu fragile

Et moi qui l'horripile

J'étais trop possessif

C'en était oppressif

J'étais chiant comme la mort

Quelque soit le décor.

 

Raz le bol de la différence           

Aucune interférence ! ...

Pensa trouver son double

En un gémeau peu trouble

Je tombais sous les sabots

D'une très belle fille Taureau !


Aucune différence                        

Et pas d'indifférence                    

Mais la vie serait trop belle

Deux êtres sensuels

Bouffant la même gamelle

Ca se termine à coups de pelle !!

Je pense résoudre le problème

De poème en poème

Je fais la farandole

Pas peur de la vérole !

 

J'aime les Vierges

A grands coups de verges

Vis mes pulsions

Avec les Lions

Je prends mon pied

A coup de Bélier

Passe du Cancer

Au Sagittaire.

Je suis épuisé !          

 

Aujourd'hui, je suis né ! ...

Je me suis empalé

Sur les tendres cornes

D'une jolie Capricorne !

Fini la ribambelle, je suis fidèle, un fidèle Taureau !

Liberté, Fidélité... Liberté, Fidélité... Liberté, Fidélité ! ...

Mon coeur attaché, je suis Libre ! Libre ! Libre!!